L’innovation IT made in France

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bilan 2023 du .FR Plus de 40 % des noms de domaine en France sont en .FR

  • La part de marché du .FR poursuit sa progression en France en 2023, s’établissant à 40,3 % contre 39,4 % à la fin 2022
  • 801 427 nouveaux noms de domaine en .FR ont été créés en 2023 : un nouveau record historique
  • Le .FR affiche une croissance toujours supérieure à celle du marché local et continue de prendre des parts de marché au .COM

L’Afnic, association en charge de plusieurs extensions parmi lesquelles le .fr, publie aujourd’hui son observatoire annuel de l’activité du .FR en 2023 et analyse les tendances du marché.

Nouveau record historique de créations de noms de domaine en .FR

La croissance du .FR s’établit à +3,4 % en 2023, après les années atypiques que furent 2020 (impact du Covid, +7,0 %), 2021 (retour progressif à la normale, +5,8 %) et 2022 (fin du retour à la normale, + 2,9 %). Le .FR comptait ainsi 4 133 832 noms en stock au 31 décembre 2023, contre 3 996 245 à la fin 2022.

Cette hausse est notamment due à une augmentation significative des créations de noms de domaine en .FR en 2023 (+6,4 %). Un nouveau plus haut historique a d’ailleurs été atteint avec 801 427 créations : c’est la première fois que le seuil des 800 000 créations annuelles est dépassé.

Les suppressions ont pour leur part augmenté de +7 %, avec pour conséquence une légère détérioration du taux de maintenance qui est passé de 83,5 % en 2022 à 83,4 % en 2023 (pour une moyenne de 83,6 % sur la période 2019 – 2023).

« Le bon niveau des créations indique que le phénomène d’accélération de la transformation numérique s’est pérennisé au travers d’une activité soutenue de créations de sites internet », note Pierre Bonis, Directeur général de l’Afnic. « Quant à l’augmentation des suppressions, supérieure à la croissance du stock en 2022, elle peut s’expliquer par une volatilité plus forte des créations, moins renouvelées en fin de première année, mais aussi par la politique toujours plus sévère de l’Afnic en termes de lutte contre les abus. »

Solidité du .FR sur son marché

Le .FR a continué à croître plus vite que son marché local en 2023. L’extension nationale a gagné 0,9 point de part de marché en 2023 (40,3 % en 2023 vs. 39,4 % en 2022), tandis que le .COM a perdu 0,8 point. Le différentiel entre les deux extensions a continué d’évoluer à l’avantage du .FR en 2023.

Sur les cinq dernières années (2019-2023), la situation du .FR s’est améliorée de manière constante, gagnant au total 3,1 points de part de marché. Sur la même période, le .COM a quant à lui perdu 0,7 point. Les autres Legacy[1], les autres ccTLD[2] et les nTLD[3] sont également en baisse sur la période, de respectivement 1,9 point, 0,9 point et 0,4 point.

Variations des parts de marché en France (2019 – 2023)

Conclusions et perspectives 2024

L’année 2023 a été marquée pour le .FR par une dynamique exceptionnelle des créations, reflétant l’accélération de la transformation numérique au sein des TPE et PME françaises, et leur appétence pour le .FR, une extension stable, reconnue sur son marché et à forte notoriété.

L’augmentation des suppressions est en partie systémique, les volumes plus importants de créations induisant des volumes plus importants de suppressions les années suivantes. Elle est également liée à une politique toujours plus ambitieuse de lutte contre les abus et les noms de domaine non conformes à la charte de nommage du .fr. Enfin, elle nous indique que le développement d’un usage du nom de domaine (boîte mail, site internet) très rapidement après son acquisition est crucial. Sans preuve d’usage, les noms de domaine ne sont pas ou peu renouvelés.

« Dans ce contexte, un enjeu majeur pour l’économie numérique française en 2024 sera de continuer à stimuler l’acquisition de bonnes pratiques numériques appuyées sur les noms de domaine par les entreprises de toutes tailles », poursuit Pierre Bonis. « C’est ici que l’Afnic a un rôle à jouer, en soutenant celles qui se sont déjà approprié ces nouveaux outils et en montrant à celles qui sont tentées d’y renoncer quels sont les bénéfices qu’elles peuvent en tirer. »

Les résultats détaillés de l’étude sont disponibles sur simple demande.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.afnic.fr.

SCC rejoint les partenaires officiels de Paris 2024